La compétition sino-américaine en Afrique

21/12/2019

Par Nato Tardieu, Directeur du département cartographie des Ambassadeurs de la Jeunesse.

Cette carte, produite à l'aide des dernières données économiques disponibles en la matière, est révélatrice de la domination de la Chine par rapport aux États-Unis dans les échanges commerciaux avec les 55 pays du continent africain. Alors que les échanges atteignaient un total de 58,65 milliards d'USD, dont 24 milliards d'importations des États-Unis vers l'Afrique et 34,6 milliards d'exportations de l'Afrique vers les États-Unis ; les échanges avec la Chine atteignaient un total de 157,3 milliards d'USD, dont 97 milliards d'importation chinoises contre 60,3 milliards d'exportations africaines. On peut donc avancer que la Chine est, commercialement parlant, trois fois plus présente que son rival étasunien sur le continent africain. 

On observe une certaine stagnation des échanges entre les États-Unis et les pays africains, notamment due à la baisse des importations d'hydrocarbures en provenance du Nigéria depuis l'exploitation non-conventionnelle de gaz aux États-Unis. Quant à la Chine, elle a plus que doublé ses échanges commerciaux avec le continent africain depuis 10 ans malgré une chute de ses en 2016. La différence entre les exportations et les importations des deux superpuissances commerciales en Afrique est également révélatrice, alors que la moyenne des balances commerciales africaines avec les États-Unis est de -11,7% et de -37% avec la Chine. Les rares pays africains qui sont excédentaires dans leurs échanges commerciaux avec la Chine sont principalement les pays exportateurs d'hydrocarbures. Des pays comme l'Angola, le Gabon, le Congo ou encore le Soudan du Sud exportent bien plus de pétrole vers la Chine qu'ils n'importent de produits chinois. Enfin, alors que certains pays africains ont une balance commerciale positive dans leurs échanges avec les États-Unis, cette dernière est négative avec la Chine à l'instar de l'Algérie, du Nigéria (malgré leurs exportations d'hydrocarbures vers la Chine) ou encore le Kenya et l'Afrique du Sud. La Chine prend donc beaucoup d'avance sur son rival américain sur le marché africain.