Entretien avec Oumakoussoum Khaiboulaïeva et Aijamal Aitymbetova - Les liens culturels de la région caucasienne

27/11/2019

Le Délégué Eurasie des Ambassadeurs de la Jeunesse, Karl Haddad, s'est entretenu avec Oumakoussoum Khaiboulaïeva et Aijamal Aitymbetova, respectivement présidente et vice-présidente de l'association Centre Culturel du Caucase "VATAN", afin d'évoquer les liens culturels de la région caucasienne.


Karl Haddad : Comment les cultures caucasiennes sont-elles représentées en France aujourd'hui et comment percevez-vous l'intérêt des Français pour cette région du monde ?

Centre Culturel du Caucase "VATAN" : C'est un fait incontestable que les chants et danses du Caucase suscitent toujours une vive appréciation de la part du public français du fait de la qualité exceptionnelle des performances artistiques et de l'ambiance festive qui règnent par la beauté et la joie des prestations. Les organisateurs des événements culturels internationaux invitent régulièrement des collectifs connus qui sont aujourd'hui de véritables ambassadeurs de cette région. Cependant, cette représentation reste très sélective et restreinte. Plus fréquemment, sont invités les artistes venant des républiques indépendantes du Caucase - Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan. Ainsi, les dizaines de peuples caucasiens habitant dans les territoires russes du Caucase ne sont pas suffisamment représentés, ce qui ne permet pas une vision claire et juste des cultures des peuples caucasiens. Le Centre Culturel du Caucase « VATAN » est une association de loi 1901, une des rares organisations non étatiques en Europe et l'unique en France dont le but est de soutenir la représentation culturelle de la diversité des cultures des peuples du Caucase. Notre objectif est d'organiser des événements et des échanges amicaux pour mieux faire connaître en France les cultures du grand Caucase, et par là ouvrir un dialogue de paix dans l'esprit de la tolérance et de la laïcité. Nous travaillons aussi dans le but de rassembler la diaspora caucasienne avec l'objectif de préserver la spécificité de ces cultures en enseignant aux enfants à partir de trois ans la langue, l'écriture, les dialectes, l'histoire, les traditions, la poésie, les champs et les danses propres à chacun de ces peuples. Au sein du Centre VATAN, fonctionne un studio chorégraphique « Lezginka dance fasu » ainsi que l'école « Umka ». Une des activités du Centre est la promotion d'art du Daguestan et des peuples du Caucase à travers des concerts et des expositions d'œuvres d'art, ainsi que des traditions et la participation aux festivals internationaux.

KH : Comment les cultures caucasiennes lient-elles les peuples de la région, qu'importent leurs nationalités (russe, azerbaïdjanaise, etc.) ?

Centre Culturel du Caucase "VATAN" : Notre grande fierté est l'amitié ancestrale qui lie depuis des siècles les peuples habitant le territoire du Caucase. Au sein d'une même formation de chants et danses, 80% des membres peuvent être de nationalités différentes. Le Daguestan est une république où habitent en harmonie plus de quarante nationalités. Telle une grande famille, nous élevons nos enfants ensemble indifféremment de nos origines. Les formes et les couleurs de nos costumes, les épices de nos plats traditionnels respectifs, les mélodies de nos chants sont notre patrimoine commun et une inestimable richesse.

KH : Quels liens existent-ils entre les cultures caucasiennes et celles d'Asie centrale (kazakhes, ouzbèkes et autres) ?

Centre Culturel du Caucase "VATAN"Nous sommes tous, les Caucasiens, les Kazakhs, les Russes, les Ouzbèks, les Tadjiks, liés par notre longue histoire commune de cohabitation. Nous sommes des voisins proches, liés par notre passé dans la communauté au sein de l'Union soviétique et par la langue que nous avons apprise et parlé entre nous pendant sept décennies. Nos cultures se sont mélangées, nos cuisines se ressemblent, nous chantons les même mélodies. Nous avons combattu côte à côte contre le fascisme pendant la Seconde Guerre mondiale, nos familles sont liées, et nos enfants ont des origines tellement mélangées que l'on aurait du mal à trouver des descendants à 100% issus de telle ou telle nation.

KH : Ressentez-vous un souhait de ces pays de développer des activités interculturelles pour étendre leur visibilité auprès des Français ? Le cas échéant, par quelles activités cela s'exprime ?

Centre Culturel du Caucase "VATAN" : Les forums et les festivals internationaux sont organisés régulièrement dans nos pays et à l'étranger dans le but de soutenir le développement de nos cultures. Faisant partie des populations mineures, nous n'avons que ce moyen d'assurer notre survie. Nous sommes très heureux de l'accueil et du soutien de la part de la France qui nous permet d'atteindre nos objectifs en termes de visibilité de nos activités. Nous sommes, bien entendu, constamment à la recherche de partenariats auprès des collectivités locales et nationales pour nous aider à exister.